Header Image - Centre d'excellence sur les drones

Blog

124 Articles

Alma: le Centre d’excellence sur les drones ouvre ses portes

by admin
Mise à jour le vendredi 4 mai 2012 à 18 h 01 HAE
Un drone en vol à Alma

Depuis mars, le Centre d’excellence des drones (CED) fait voler un appareil sans pilote dans le ciel d’Alma. La technologie n’est pas nouvelle, mais le CED souhaite développer le secteur civil de l’industrie. Les pilotes, bien installés dans un bâtiment sur la terre ferme, contrôlent le Miskam, un avion sans pilote.

Le poste de pilotage du Centre d’excellence des drones, à Alma.
Le poste de pilotage du Centre d'excellence des drones, à Alma

Christian Larouche explique que des antennes sont installées sur le toit pour guider le drone. « Du poste de pilotage, on envoie un signal à l’avion, ajoute-t-il. L’avion a les mêmes antennes, donc les récepteurs avec des ordinateurs de bord reçoivent l’information du pilote et l’avion, c’est de cette façon-là qu’il est piloté. »

L’appareil, qui appartient à la compagnie israélienne Aeronautics, effectue deux à trois vols par semaine depuis le mois de mars. Pour l’instant, il doit demeurer dans un périmètre assez restreint autour de l’aéroport d’Alma. Deux pilotes le commandent presque de la même façon qu’ils le feraient pour un avion normal.

Le Centre d’excellence des drones invite les compagnies à venir faire des recherches à Alma dans le but de développer des technologies pour maximiser l’utilisation des drones dans le domaine civil, plutôt que militaire. Par exemple, le Miskam est présentement doté d’un capteur infrarouge qui détecte les variations de température. Cet outil devrait être utile cet été pour aider la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) à détecter les incendies de forêt.

Le responsable de la recherche et du développement au CED, Marc Moffat, affirme que les possibilités offertes par les drones sont presque infinies. « Les services, que ce soit l’agriculture, que ce soit l’hydroélectrique, la foresterie ou quoi que ce soit, il y a plusieurs domaines qui pourraient utiliser l’information fournie par les drones », croit M. Moffat. Pour le directeur général de l’aéroport, il ne fait aucun doute que l’avenir de l’aviation passe par l’utilisation des appareils sans pilote. Son homologue de l’aéroport d’Alma, et directeur général du CED, Nicol Minier, abonde dans le même sens.

“C’est un secteur qui est évidemment en développement, dit-il. On parle de plusieurs millions de dollars d’investissement et de développement dans le milieu des affaires qui va se faire d’ici 2018”.

En plus des activités du Centre d’excellence des drones, l’aéroport d’Alma aimerait développer, dans le futur, une école de pilotage pour ce type d’avion.

Source: http://www.radio-canada.ca/regions/saguenay-lac/2012/05/04/007-centre-drone-alma.shtml

1000 drones peuvent voler au Canada

by admin

Publié le 28 avril 2012 à 16h36| Mis à jour le 29 avril 2012 à 10h10

1000 drones peuvent voler au Canada

Un drone.... (Photo AFP)
Mathieu Perreault La Presse

Un millier. C’est le nombre de drones qui ont l’autorisation de voler au pays, selon Transports Canada. Parmi les 293 organismes ayant le droit de s’en servir, on retrouve la GRC et quatre corps policiers de l’Ontario et de l’ouest du pays.

«On a pour le moment une autorisation limitée à l’espace aérien visible de l’aéroport, mais nous sommes en négociation pour pouvoir utiliser l’espace aérien du ministère de la Défense à Bagotville», explique Marc Moffatt, gestionnaire de la R&D au Centre d’excellence sur les drones de l’aéroport d’Alma, qui vient de commencer des vols pour la sécurité aéronautique CAE, fabricant de drones. «Transport Canada travaille à l’intégration complète des drones.»

Lors de la formation du groupe de travail sur les drones de Transports Canada, en 2006, l’objectif était d’en arriver à une intégration complète en 2012. Cette échéance a été repoussée, mais les autorités aériennes américaines (FAA) viennent d’avoir un mandat politique du Congrès américain d’avoir une intégration en 2015.

Le Canada a presque autant de certificats de drones que les États-Unis. Mais aucun des deux pays ne révèle quelle proportion de ces drones sont opérationnels. Transports Canada, par exemple, indique que l’un des certificats vise l’utilisation de drones pour la «publicité» soit remplacer les avions traînant une banderole derrière eux ; mais il est impossible de savoir s’il s’agit d’un projet de recherche ou d’une entreprise commerciale déjà existante.

Les drones de CAE testés à Alma serviront à la surveillance des installations hydroélectriques et des incendies de forêt et à la détection de ressources naturelles. Selon l’organisme Systèmes télécommandés Canada, groupe professionnel du domaine, aucun corps policier québécois n’utilise de drone.

«Nous nous en servons pour surveiller les grands accidents et catastrophes», explique Dave Cross, de la police régionale de Halton, en banlieue de Toronto. «Par exemple, nous nous en sommes servis pendant un déraillement de train. Nous les utilisons aussi pour l’analyse de certaines scènes de crime ou d’accident. Quand nous découvrons un corps dans un champ, nous faisons des photos aériennes avant que nos techniciens y aillent pour recueillir des indices sur le terrain, afin de limiter la contamination de la scène. Dans les accidents routiers importants, nous nous en servons aussi pour accélérer l’analyse et ainsi rouvrir la route plus rapidement.»

Les drones de la police de Halton ne sont toutefois pas utilisés pour la surveillance dans le cadre d’enquêtes. Cette perspective alarme plusieurs défenseurs des droits civils aux États-Unis, qui envisagent un monde où des drones surveillent les allées et venues de tous en tout temps. Certains ont ainsi avancé que des drones pourraient surveiller toutes les voitures sur la route pour détecter si elles font des excès de vitesse, ce qui permettrait de coincer tous les contrevenants, sans exception.

 

Source:

http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-canadienne/201204/28/01-4520001-1000-drones-peuvent-voler-au-canada.php

 

CAE et Aeronautics amorcent les vols au Centre d’excellence des drones à Alma

by admin

Pour la presse spécialisée

Le projet de recherche et développement vise à démontrer l’utilisation du drone dans le cadre d’applications civiles

Montréal, le 11 avril 2012 – (NYSE : CAE; TSX : CAE) – CAE et Aeronautics ont annoncé aujourd’hui que les premiers vols du drone Miskam ont été effectués avec succès au cours des dernières semaines au Centre d’excellence des drones situé à l’aéroport d’Alma, au Québec (Canada).

Les vols de démonstration représentent la première phase d’un projet de recherche et développement (R-D) visant à démontrer l’utilisation des drones dans le cadre d’applications civiles comme l’inspection à distance des pipelines et des installations hydroélectriques, la surveillance des feux de forêt, l’observation des ressources naturelles essentielles, l’évaluation des catastrophes naturelles et une série d’autres applications.

CAE et Aeronautics ont signé un accord de partenariat l’an dernier pour lancer ce qui est maintenant connu sous le nom de Projet Miskam. Pendant une série de vols de préparation au cours des dernières semaines, Aeronautics a exploité le drone Miskam aux abords de l’aéroport d’Alma. L’utilisation du drone Miskam dans l’espace aérien est effectuée sous la supervision de Transports Canada, NAV CANADA et de la 3e Escadre Bagotville. Transports Canada a émis à Aeronautics et à CAE un certificat d’opérations aériennes spécialisées l’an dernier pour qu’ils puissent amorcer les vols de démonstration au Centre d’excellence des drones à Alma.

« Les premiers vols d’essai réussis du drone Miskam constituent une étape importante pour le projet, la première d’une longue série d’étapes importantes », a déclaré Pietro D’Ulisse, vice-président et chef de division – Canada à CAE. « Tout comme l’utilisation de la simulation au niveau de la formation, l’utilisation des systèmes sans pilote pour diverses applications civiles pourrait permettre d’augmenter la sécurité et l’efficacité, et de réaliser des économies. Nous espérons continuer à collaborer étroitement avec Aeronautics, les organismes de réglementation et d’éventuels clients à mesure que nous faisons la démonstration de ces capacités. »

Le drone Miskam est une version canadienne du Dominator XP d’Aeronautics. Ce drone MALE (moyenne altitude et longue endurance) repose sur un avion bimoteur Diamond DA-42 qui a cumulé plus d’un demi-million d’heures de vol, ce qui fait de lui l’un des drones les plus fiables et les plus sécuritaires au monde. Le drone Miskam peut couvrir un grand rayon d’action, voler jusqu’à 24 heures, et peut transporter une importante charge lorsqu’il est en vol. Équipé d’une série de capteurs adaptés aux exigences des marchés civils, de la sécurité intérieure et de la défense, le drone Miskam servira à démontrer divers services.

CAE tire parti de ses technologies de modélisation et de simulation de même que de ses capacités de soutien en service pour développer une gamme complète de services télécommandés de renseignement, surveillance et reconnaissance (ISR). L’énorme quantité de renseignements qui peuvent être recueillis par les capteurs du drone Miskam peut être rassemblée dans un environnement synthétique fondé sur la simulation et ensuite être utilisés pour appuyer une prise de décision fondée sur des renseignements intégrés.

« Nous sommes très heureux de travailler en étroite collaboration avec CAE et l’ensemble de l’équipe au Canada pour présenter nos capacités dans le cadre du projet Miskam », a déclaré Avi Leumi, chef de la direction d’Aeronautics. « Étant donné que les éventuels clients et le public en général commencent à comprendre les énormes avantages de ces appareils, nous prévoyons que l’utilisation des drones sera de plus en plus répandue. »

À propos de CAE  CAE est un chef de file mondial en modélisation, simulation et formation pour les secteurs de l’aviation civile et de la défense. La société compte plus de 7 500 employés dans plus de 100 sites et centres de formation répartis dans plus de 25 pays. Par l’entremise de son réseau mondial regroupant 34 centres de formation civile, militaire et sur hélicoptère, la société forme plus de 80 000 membres d’équipage chaque année. Les activités de CAE sont diversifiées, allant de la vente de produits de simulation à la prestation de services complets comme les services de formation, les services aéronautiques, les services professionnels et le soutien en service. La société applique son savoir-faire en simulation et son expérience opérationnelle afin d’aider ses clients à renforcer la sécurité, à améliorer l’efficacité, à demeurer prêts pour leurs missions et à résoudre des problèmes complexes. CAE tire maintenant parti de ses capacités dans le domaine de la simulation pour les transposer dans de nouveaux marchés, comme les soins de santé et les mines. www.cae.com

À propos d’Aeronautics Aeronautics Ltd. est l’une des plus importantes sociétés dans le domaine de la défense en Israël, et un chef de file mondial dans le domaine des systèmes aériens sans pilote. Avec des technologies clés dans les domaines du C4I, de la navigation, des communications et de l’électro-optique, Aeronautics offre à ses clients une gamme complète de drones perfectionnés. www.aeronautics-sys.com

Source: http://www.cae.com/fr/search/details.ashx?lng=French&location=InvestorsNR&showEvents=False&count=2&id=1420&year=0

Premier projet de recherche pour le CED

by admin

PREMIER PROJET DE RECHERCHE POUR LE CED

ENTRE L’UQAC ET AVIATECH

Alma, mars 2012 – Établi à l’Aéroport d’Alma depuis 2011, le Centre d’Excellence sur les drones est fier d’annoncer l’élaboration d’un projet de recherche et développement.   Le CED vise à être un chef de file dans le développement des drones à applications civiles.  Pour ce faire, il est primordial d’être à la fine pointe de la technologie et de poursuivre des projets de recherches en vue d’innover afin de faciliter la venue des drones dans le secteur commercial. Ce premier projet de recherche sera  le fruit d’une collaboration entre le Laboratoire International des Matériaux Antigivre (LIMA) situé à l’Université du Québec à Chicoutimi et Aviatech Services Techniques, une firme de Trois-Rivières spécialisée dans le développement de produits aéronautiques.  L’ultime but de cette recherche est de développer des stratégies de dégivrage appropriées aux drones et d’en faire la démonstration sur un modèle grandeur nature.

De plus, un deuxième projet de recherche est en branle en ce moment. Nous vous tiendrons au courant des développements sous peu.